couper les cheveux en 4

Mis à jour : 8 sept. 2019

Aujourd'hui je suis retourné au café de la paix pour en offrir un petit en retour à Farouk. Il n'était pas là ... " De toute manière, c'est le ramadan, il ne boit pas de café l'après midi " glisse la patronne en essuyant le bar ... Ensuite je suis sorti dans la rue à la découverte d'une "figure"du quartier. Je me suis aventuré dans le salon de coiffure de Mireille en me disant qu'elle aurait des histoires croustillantes à me raconter, vu qu'elle entend toutes les confidences. "Hé bien oui ! je suis comme le curé ". Je lui ai demandé, si elle voulait bien couper les cheveux en 4 à des personnes du quartier. Elle m'a dit "pourquoi pas" et nous avons souri et pris rendez-vous pour une prochaine fois. 

Suite à cela j'ai arpenté la rue des Ruffins et j'ai rencontré la concierge du pâté d'immeuble qui fait face à la Ruffinerie. Là aussi, je pensais que le monde gravitait autour de sa loge.  Elle m'a répondu qu'elle ne connaissait personne, qu'elle ne voyait vraiment pas. Je n'ai pas insisté ...je suis parti vers les boulistes en me disant que je trouverais cette figure là-bas ...


Soudain à ma droite s'offre un chemin de traverse isolé bientôt comblé par la végétation. Je décide de l'emprunter pour savoir où il mène. Après quelques pas, un homme surgit du sentier. Il se dirige lentement vers moi. Une fois tout proche, il me demande ce que je fais là... Alors je lui explique que je cherche "une figure", quelqu'un avec une vie ancrée dans le quartier, quelqu'un au destin particulier.

Sahib, me raconte la maladie qui le ronge en m'accompagnant sur cette allée étroite. Chemin faisant il me dit:

" je suis né en Tunisie, j'ai vécu à Florence dans ma jeunesse mais pour des raisons troubles, je suis parti me réfugier sans papiers en France. À force d'errance, des gens du quartier lui ont mis un box à disposition pour dormir, puis il a trouvé cette maison abandonnée. Maintenant cela fait 18 ans qu'il vit dedans. Je lui dis qu'il faut qu'on se revoit pour qu'il me raconte en détail. Il m’a accompagné à l'arrêt du bus 127. Croisant des jeunes gens du quartier qui tous le saluaient , je pense avoir enfin trouvé une figure aujourd'hui ...Mireille la coifeuse sera déçue... Sahib est chauve !

0 vue